L'argent qui fait du bien
Contactez-nous01 83 62 38 72
Souscrire

Située dans le comté de Ventura, au Sud de la Californie, la ferme Apricot Lane a tout du Jardin d’Eden. Elle est composée de 86 hectares et propose plus de 200 variétés de fruits et de légumes, des œufs… le tout se vendant à prix d’or auprès de restaurateurs comme de particuliers. Et ce n’est pas tout ! Des vaches, des moutons, des poulets, des canards, des chiens, des abeilles… Qui croirait, qu’il y a 10 ans, ce même sol était aride et que la vie s’y faisait rare ? John et Molly Chester ont relevé un défi insolite : redonner vie à un sol appauvri grâce à la permaculture.

Changer de vie… Pour son chien, mais pas que ! 

John et Molly vivaient à Los Angeles, lui en tant que vidéaste et photographe, elle en tant que chef professionnel. Si le couple se souciait déjà à l’époque des questions environnementales, un élément déclencheur les poussera à changer radicalement de vie : cet argument a quatre pattes et s’appelle Todd. En effet, l’animal s’ennuie seul toute la journée dans l’appartement angelino. Les voisins ne tardent pas à s’agacer de ses gémissements et aboiements, ce qui met ses propriétaires face à une évidence ; ils doivent partir.

Molly, en tant que chef et passionnée de cuisine traditionnelle, accorde une grande importance à la qualité nutritive des aliments qu’elle prépare. Ainsi, comme pour beaucoup de citadins amoureux de la nature, vivre dans une ferme est un doux rêve que le couple décide de réaliser. Ils acquièrent, en 2011, 4 hectares de terre et créent l’Apricot Lane Farm. Conscients des problèmes causés par la monoculture et la production de masse, ils ambitionnent de créer une ferme totalement “biodynamique”, que l’on pourrait traduire par permaculture en français. Il s’agit de mettre en place une synergie entre les différents acteurs de la ferme : les animaux, les hommes, les plantes, les insectes… Malheureusement, le sol est dur comme de la pierre et semble inexploitable. John dira “nous avions acheté une banque qui avait été dévalisée”.

Un film largement primé

L’épopée, qui a permis au couple Chester de transformer leurs quelques acres de sol stérile en une gigantesque ferme pleine de vie, est retracée dans le film “The Biggest Little Farm”.

Grâce aux compétences de John et à une équipe motivée, le couple a pu capturer ce qu’ils ont traversé pendant 8 ans. Outre la beauté des images, c’est une véritable plongée dans le quotidien d’une profession aujourd’hui largement méconnue qui est celle de fermier ou agriculteur. Nous découvrons ainsi les merveilleux cadeaux que la nature sait offrir mais également les dures réalités qu’elle impose.

De nombreux facteurs à prendre en compte

Parmi les défis que le couple a eu à relever, il y a bien sûr eu l’appauvrissement du sol. Rendre à une terre meurtrie son potentiel est une entreprise longue et exigeante. Par la suite, des invités surprises ont rejoint l’aventure et joué les trouble-fête : les prédateurs comme les insectes ont perturbé le bon développement de la ferme. Les intempéries également, brutales et bien souvent dramatiques pour l’agriculture.

Outre les aléas de la nature, il a également fallu se plier aux exigences de la vie de fermier : peu ou pas de vacances, des journées qui commencent aux aurores, la mort des animaux que l’on élève, que ce soit pour se nourrir ou parce qu’ils souffrent…

Ce fut effectivement un changement de vie non seulement radical, mais aussi très exigeant. Les Chester ont cependant persévéré, et pour cause : au-delà des épreuves, ils savaient quel objectif ils poursuivaient et grâce à Alan York, agriculteur passionné qui sera leur mentor. 

Une fierté et une joie 

apricot-lane-farm-permaculture

Source : https://www.apricotlanefarms.com/about-the-farm/

Le succès de la ferme Apricot Lane est aujourd’hui indéniable : le film a non seulement connu une renommée internationale (en plus de la publication de “short films” sur leur site), leurs réseaux sociaux comptent un nombre impressionnant de followers, mais aussi et surtout les produits de la ferme se vendent comme des petits pains. Que ce soit les restaurateurs, les marchés fermiers ou les consommateurs eux-mêmes, tous reconnaissent la réelle valeur ajoutée des produits d’Apricot Lane. 

C’est notamment le cas des œufs, vendus 15$ la douzaine et pour lesquels les consommateurs font la queue une heure avant l’ouverture du marché !

Découvrir la permaculture en visitant une ferme durable 

La ferme est également ouverte au public. Il est possible de candidater pour travailler à Apricot Lane, les collaborateurs saisonniers ou continus étant essentiels au bon fonctionnement de l’exploitation. Des apprentissages pour découvrir la vie à la ferme sont également proposés.

Au niveau touristique, Apricot Lane propose de visiter la ferme en leur compagnie par petit groupe d’une dizaine de personnes. La pandémie a malheureusement entraîné l’arrêt de cette activité pour l’instant.

Si vous souhaitez vivre une expérience similaire en France mais également partout dans le monde, le WWOOFing, une pratique consistant à permettre à un non-initié de travailler bénévolement dans une ferme biologique en échange de l’hébergement et de la nourriture, est fait pour vous ! 

Chez Ethic Vie, nous avons été ravis de découvrir l’histoire de cette ferme hors du commun et nous vous encourageons vivement à voir le film !

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N’attendez plus
Donnez du sens à votre épargne dès aujourd’hui

Découvrir l’assurance vie éthique et responsable pour épargner autrement

D’un sol aride à fertile grâce à la permaculture : l’exploit de la ferme Apricot Lane

Temps de lecture : 4 min
0