L'argent qui fait du bien
Contactez-nous01 83 62 38 72
Souscrire

La nouvelle est récemment tombée : la branche de gestion d’actifs de l’assureur Axa, Axa Investment Managers, a acquis ClimateSeed. Cette plateforme, lancée en 2018, est dédiée à la compensation carbone volontaire qui appartenait jusqu’à présent à BNP Paribas Securities Services. Son but est de mettre en relation des sociétés cherchant à compenser leurs émissions de carbone avec des développeurs de projets allant dans ce sens. La compensation carbone semble ainsi devenir un véritable enjeu pour l’entreprise de demain ! 

La Plateforme ClimateSeed : ambassadrice de la compensation carbone de l’entreprise 

L’histoire du professeur Yunus

L’entreprise sociale ClimateSeed  a vu le jour lors du Global Social Business Sumit de novembre 2018, en collaboration avec le professeur Yunus, lauréat du prix Nobel de la Paix de 2006. Ce Bangladais de 81 ans est connu pour avoir fondé la première institution de microcrédit en 1977, la Grameen Bank.  A cette époque,  le professeur Yunus vient d’être nominé au département d’économie de l’Université de Chittagong (ville située à l’est du Bangladesh). Là-bas, il est témoin d’une grande misère humaine. Il constate que les paysans ont de grandes difficultés à accéder à des capitaux ; il décide de proposer un premier micro-prêt, réalisé avec son propre argent, à des habitants du village. Les retombées sont positives : le programme Grameen est né.

La génèse ClimateSeed

ClimateSeed voit le jour grâce à Sébastien Nunes, chargé des Fintechs de BNP Paribas Securities Services. Il fait part de cette idée à sa direction et démarre le projet à l’été 2017. Un an plus tard, il forme l’équipe qui collaborera avec le professeur Yunus. En tant qu’entreprise à vocation sociale, ClimateSeed réinjecte tous ses bénéfices dans son développement. Cela passe notamment par :

  • Des améliorations technologiques,
  • L’accompagnement de petits projets durables,
  • Création de programmes éducatifs en lien avec la “décarbonisation”. 

La plateforme a également accès aux financements de l’épargne solidaire. ClimateSeed met en avant deux valeurs fondamentales : la transparence et la crédibilité. 

Donnez du sens à vos placements

La plateforme aujourd’hui

ClimateSeed comprend aujourd’hui 36 projets dans 24 pays. L’entreprise bénéficie également d’une capacité cumulée de plus de 4 millions de crédits carbone vérifiés selon Axa IM. 

Il est possible de consulter les projets menés à bien par ClimateSeed depuis leur site internet. Parmi eux, on trouve par exemple une initiative de conservation des tourbières tropicales en Indonésie, une proposition de ferme solaire à l’Ile Maurice,  une communauté durable au Canada, un plan ambitieux d’approvisionnement en eau potable au Malawi ou encore de développement du biogaz en Chine. 

Ils recensent plusieurs thématiques :

  • Gestion des forêts et des sols,
  • Energies renouvelables,
  • Efficacité énergétique,
  • Appareils ménagers,
  • Gestion de l’eau,
  • Traitement des déchets… 

 

compensation carbone entreprise

Source : ClimateSeed

Comme nous pouvons le voir ci-dessus, ces projets répondent à certains des 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. La sélection de l’initiative se découpe en trois étapes : labellisation du programme, analyse bancaire, puis validation par le Comité de Durabilité de ClimateSeed. Toutes les propositions répondant aux critères sont de plus certifiées selon la norme internationale.

La plateforme propose également un accompagnement en plusieurs étapes :

  • Inviter les entreprises à mesurer leur impact carbone, 
  • Définir leur stratégie de réduction d’émission de gaz à effet de serre,
  • Contribuer à des projets de réduction d’émissions, 
  • Communiquer autour des actions de ces actions ! 

Décarboner… D’où vient cette pratique ?

Le Protocole de Kyoto 

L’idée de compensation carbone émerge il y a 25 ans avec le Protocole de Kyoto. Signé en 1997 lors de la COP3, il s’agit d’un accord international visant à diminuer les émissions de gaz à effet de serre : chacun des pays signataires accepte un système de quotas concernant ses émissions. 

Ainsi, ce protocole comprend des engagements contraignants pour 38 pays industrialisés.  

Décarboner : comment faire, qui est concerné ?

La décarbonation désigne donc l’ensemble des mesures techniques mises en place pour limiter l’empreinte carbone de l’acteur concerné. Cela peut se faire de différentes manières : en substituant une énergie fossile par une énergie renouvelable, en améliorant l’efficacité énergétique d’un secteur, … La capture de CO2, une pratique encore récente qui consiste à piéger les molécules de CO2 avant, pendant ou après une combustion peut également être une solution envisageable. 

Si le Protocole de Kyoto concerne les Etats, il est également possible pour les entreprises et les particuliers de pratiquer une décarbonation volontaire. Ils peuvent notamment financer des projets de réduction de gaz à effet de serre, la logique étant que le carbone émis à un endroit peut être compensé à un autre.

Les sociétés passent généralement par deux méthodes : investir dans des énergies renouvelables ou la plantation d’arbres

La controverse autour de la décarbonation

Certains acteurs mentionnent une déresponsabilisation des sociétés y ayant recours. Selon eux, ces dernières pourraient “s’abriter” derrière la compensation carbone sans pour autant diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre. Si ce questionnement est légitime, nous pouvons cependant nous réjouir de la présence de modules complémentaire prônant la transparence comme il en existe par exemple chez ClimateSeed.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N’attendez plus
Donnez du sens à votre épargne dès aujourd’hui

Découvrir l’assurance vie éthique et responsable pour épargner autrement

Compensation carbone : le nouvel enjeu de l’entreprise !

Temps de lecture : 4 min
0