L'argent qui fait du bien
Contactez-nous01 83 62 38 72
Souscrire

En matière de développement durable, la Chine n’a pas très bonne réputation. Air et eau pollués, énergies fossiles, urbanisation brutale… S’agit-il là de préjugés erronés ? En effet, depuis quelques années, la Chine fait valoir les actions menées par son gouvernement en faveur de l’environnement. Alors, pollution ou transition ? 

La transformation de la Chine

La réforme économique chinoise

Pour comprendre ce pays dont l’ascension parmi les plus grandes puissances mondiales s’est faite en quelques décennies, il faut comprendre les changements récents qu’il a connus. 

La Réforme économique chinoise, qui a eu lieu en 1978, a eu un rôle décisif. Cet ensemble de réformes économiques ont fait passer la Chine d’une économie à la planification centralisée à une économie libéralisée et donc ouverte au monde. On considère que c’est bel et bien ce tournant qui a permis à la Chine de devenir la grande puissance qu’elle est aujourd’hui.  

Les zones économiques spéciales

La création de zones économiques spéciales a largement contribué au miracle économique chinois. Ces espaces bénéficient en effet d’avantages spéciaux qui les rendent plus attractifs pour les investisseurs étrangers :

  • Droits de douane
  • Rapatriement des bénéfices
  • Taux d’imposition très bas…

 

Source : https://www.populationdata.net/cartes/chine-zes-zones-economiques-speciales

Rouge : les zones économiques spéciales
Vert : les zones de développement technique et économique
Noir : les centres économiques clé

La ville de Shenzhen est en ce sens emblématique : petit village de pêcheurs transformé en quelques décennies en un atelier mondial

L’ascension de la Chine

En 2001, la Chine obtient finalement son entrée à l’Organisation Mondiale du Commerce, ce qui lui permet d’accroître ses échanges commerciaux. En 2008, l’organisation des Jeux Olympiques à Pékin a un fort impact symbolique. Le gouvernement investira 44 milliards de dollars pour promouvoir, construire et rénover 37 installations sportives. La cérémonie d’ouverture est spectaculaire, véhiculant un message clair : la Chine est désormais une grande puissance

Aujourd’hui, elle a perdu son titre d’“atelier du monde”. Les prix de la main-d’œuvre chinoise ne sont de fait plus les plus bas au niveau mondial. Le géant asiatique n’a plus besoin d’adopter la stratégie qui a été la sienne pour rentrer dans la mondialisation. Si attirer les investisseurs étrangers en leur promettant une main-d’œuvre peu coûteuse et travaillant dans des conditions déplorables leur a permis de devenir un fournisseur mondial incontournable, le pays a changé de stratégie et ambitionne aujourd’hui de créer des produits plus complexes et coûteux.

Les conséquences environnementales

La pollution de l’eau

Cet essor économique n’a pas été sans conséquences au niveau environnemental

C’est une règle essentielle lorsque l’on part pour la Chine : surtout, ne pas boire l’eau du robinet ! Ou si on souhaite la boire, la faire bouillir préalablement. Et pour cause ! Comme nous l’avons vu plus haut, la majorité de l’activité économique chinoise se situe sur les zones côtières. Des éléments néfastes sont ainsi régulièrement jetés dans l’eau :

  • Animaux morts,
  • Plastique
  • Métaux lourds…

Ce bilan est particulièrement inquiétant pour un pays souffrant d’un manque d’eau au niveau territorial, particulièrement dans le Nord du pays. Cette pollution a également de graves impacts sur la santé de la population, la moitié étant amenée à boire une eau contaminée. 

La pollution de l’air

La Chine est le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre. La pollution atmosphérique a de fait été engendrée par le développement industriel, ayant par là de graves conséquences sur la population, à cause des particules fines contenues dans l’air.

Des études attestent en effet de morts prématurées en Chine causées par la pollution de l’air. 

Ce bilan extrêmement préoccupant a donc une influence non seulement sur la santé des Chinois mais aussi sur l’économie et la réputation du pays. L’urbanisation a entraîné une pollution non seulement de l’eau, de l’air, mais également des sols. Alertée par cet enjeu majeur, la Chine donne depuis quelques années des gages de conscience écologique.

La Chine à l’heure de l’écologie

La Chine affiche désormais la volonté d’opter pour une croissance plus durable. Le pays n’a pas été étranger à cette thématique : il avait signé dès 1998 le protocole de Kyoto pour limiter l’émission de gaz à effet de serre ou promulgué des normes législatives comme réglementaires de protection de l’environnement.  

Les différents épisodes de pics de pollution ainsi que la dégradation de la qualité de vie des urbains ont poussé le gouvernement à réagir. Le pays compte aujourd’hui 8 000 ONG environnementales officielles. Des mesures strictes ont été prises : des entreprises polluantes ont été amenées à quitter le territoire et certaines zones sont totalement passées au gaz et au chauffage électrique plutôt qu’au charbon. 

Le pays est également devenu le premier investisseur dans les technologies vertes : le pays représente aujourd’hui 40% de la croissance des technologies photovoltaïques. C’est également le cas pour l’énergie hydroélectrique, la bioénergie et les véhicules électriques. 

Opportunisme ou écologisme ?

Nombreux sont les commentateurs à pointer du doigt une “insuffisance” des mesures prises par la Chine comparativement à son taux de pollution. Les énergies renouvelables étant une opportunité d’innovation importante, la question de savoir si ces investissements massifs ne constituent qu’une opportunité économique a également été avancée.

Néanmoins, quelles que soient les véritables motivations du gouvernement, la prise de conscience du danger sanitaire, représentée par la pollution, ne peut qu’être bénéfique. Il convient de se rappeler de l’importance de la population chinoise, 1,398 milliard à l’heure actuelle, nombre qui peut certainement augmenter en raison du nouvel assouplissement de la politique de l’enfant unique, ainsi que sa structure économique.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N’attendez plus
Donnez du sens à votre épargne dès aujourd’hui

Découvrir l’assurance vie éthique et responsable pour épargner autrement

Chine et développement durable : où en est l’Empire du Milieu ?

Temps de lecture : 4 min
0