L'argent qui fait du bien
Contactez-nous01 83 62 38 72
Souscrire
La vérité sur 8 préjugés de la finance solidaire
3.9 (77.5%) 8 vote[s]

Depuis quelques années, les placements éthiques et la finance solidaire connaissent un engouement de la part des épargnants. En parallèle, des interrogations ont été soulevées sur certains aspects de cette nouvelle finance plus “propre”.

Des amalgames sont apparues et des clichés ont commencé à fleurir dans nos pensées.

Ethic vie estime donc que le moment est venu pour démentir certains mythes et donner une autre vérité sur ces sujets sensibles.

10 idées reçues décryptées sur l’investissement durable avec comme but de lever le scepticisme et l’ignorance !

Investissement durable, Investissement Socialement Responsable (ISR) ou Finance Solidaire : Tout çà, c’est pareil ?

Non. La terminologie est importante et les différences existent.

La finance solidaire s’identifie par une approche par projet et essentiellement via des réseaux associatifs. Il peut s’agir de financer un logement social près de chez soi, d’aider un pays en développement, de contribuer à la création d’un parc éolien ou de placer une somme d’argent pour lancer l’activité d’un agriculteur bio.

Cette finance solidaire est certainement plus humaine et redistributive mais elle nécessite un suivi plus régulier et ne contribue pas à pousser les entreprises (PME ou sociétés cotées) à intégrer des critères sociaux, environnementaux et de gouvernance.

L’Investissement Socialement Responsable (ISR) concerne principalement les entreprises et entités publiques qui mettent en place dans leur gestion au quotidien une approche durable sans pour autant éluder la question de la performance ou de l’argent.

Les deux approches sont complémentaires et se restreindre à la finance solidaire serait une erreur dans la compréhension du monde d’aujourd’hui.

Les placements éthiques rapportent moins !

Étonnante idée reçue. Pourquoi un placement éthique rapporterait moins qu’un placement classique ? D’où vient cette hâtive conclusion ?

L’objectif premier de l’investissement durable n’est pas de faire fortune mais il ne s’agit pas non plus de perdre son argent ou de le donner !

Investir selon ses valeurs éthiques n’empêchent pas d’espérer un gain financier. Il ne faut pas associer le mot “gain” à un mot tabou, porteur de vices et du mauvais capitalisme.

Ne faut-il pas voir la plus value financière comme une réussite du projet et de ses valeurs ?

À ce jour, aucune étude n’a démontré qu’un placement durable était moins performant qu’un placement sans ce tropisme.

En réalité, le contraire serait même vrai. Appliquer des critères responsables (On parle de critères ESG) au sein des entreprises est une démarche bien réelle et un catalyseur actif de sur performance.

Penser finance éthique, c’est investir avec une vision long terme et donc récolter les fruits de cet investissement non pas tout de suite mais plus tard, et la récompense en sera encore plus grande.

Une entreprise comme Total (Pétrole), se doit de réfléchir sur l’énergie de demain avec une optique de préservation de la planète. Des questions de transition ou d’efficacité énergétique émergent et sont prises très au sérieux. On comprend mieux pourquoi Total a fait l’acquisition du fournisseur d’électricité Direct Energie.

Autre exemple : Une banque ne peut plus être confrontée à un risque de réputation liée à des produits financiers “pourris”. La gestion des risques est obligatoire entraînant une amélioration de la confiance des clients envers cet établissement.

De nouvelles opportunités pour les entreprises qui font le pari d’être socialement responsable, c’est avant tout un meilleur investissement pour les épargnants et donc une rentabilité accrue à l’avenir.

Vous, épargnant, quels critères guideront votre décision d’achat ou de vente d’actions ou d’obligations ? Lorsqu’une société est montrée du doigt parce qu’elle emploie des enfants mineurs pour fabriquer des pulls, pensez vous que cette annonce est bénéfique pour son image et ses ventes ?

Ne faut-il pas voir la plus value financière comme une réussite du projet et de ses valeurs ?

Des études confirment une hausse de la rentabilité

Plusieurs enquêtes ont démontré que l’implémentation de critères de durabilité dans le business model des entreprises à créer de la valeur ajoutée.

Des études menées par l’Université d’Hambourg ou d’Oxford ont prouvé le bien fondé de l’application environnementale, sociale et de gouvernance sur la performance financière de l’entreprise.

Croire en une meilleure rentabilité future, c’est aussi anticiper l’avenir et prendre des décisions courageuses, voire changer de business model.

La quête du profit ne doit-elle pas être aussi vue comme une opportunité pour transformer le modèle de nos entreprises ? La recherche d’une planète plus saine, plus durable et plus juste sera source de gains de productivité et de meilleurs rendements à long terme.

L’investissement responsable, c’est une mode !

La place de l’éthique connaît depuis quelques années un engouement fort mais il ne s’agit aucunement d’une mode et de la recherche d’un autre mode de vie plus respectueux.

La partie la plus visible dans notre quotidien est l’alimentation et plus particulièrement le bio.

Pensez vous que manger sainement est une mode ? Chez Ethic vie, nous voyons ces changements comme un nouveau mode de vie.

Il en est de même pour la finance et le sens à donner à notre argent.

Le développement des critères ISR et des labels (finansol …) nous démontrent tous les jours la prise de conscience du monde financier et de l’entreprise de l’importance d’une gestion plus saine de notre univers.

Tout le monde est concerné et convaincu sur la longévité de cette prise de conscience et de son application positive dans le temps.

Les placements éthiques sont plus risqués

Investir dans un projet solidaire comporte des risques.  Prêter de l’argent à une petite entreprise est un placement risqué qu’il soit à teneur responsable ou pas.

Les produits éthiques à capital garanti sont rares, comme les livrets, avec une rendement très faible.

En ce qui concerne les fonds (type sicav ou fcp) solidaire et responsable, ils ne sont pas sans risque mais comme vu précédemment, ils ne sont pas plus risqués que des placements traditionnels.

A noter qu’à notre connaissance, les fonds en euros des compagnies d’assurances vie, ne sont pas éthiques. Ils offrent pour la plupart une garantie totale du capital.

La finance éthique, c’est pas de tabac et pas d’armes

La finance éthique ne consiste pas uniquement à exclure des secteurs d’activités et donc à réaliser un filtrage négatif. Cette attitude serait trop simpliste pour réussir.

La notion de filtrage négatif remonte au 18ème siècle aux Etats Unis lorsque le mouvement des quakers a décidé de ne plus investir dans le commerce des esclaves. Par la suite, plusieurs mouvements responsables sont nés sous la bannière du non aux valeurs du vice et oui à l’économie verte.

Par valeurs du vice, on entend les activités liées au tabac, aux armes, à l’alcool ou aux jeux d’argent. Pour l’économie verte, une croisade contre les pétroliers et entreprises polluantes est apparue.

Mais la seule application de l’exclusion serait trop simpliste pour réussir.

Montrer du doigt ou mettre en avant ?

Ethic vie est un fervent défenseur de partager la réussite et de penser positivement.

Outre l’exclusion, il existe des méthodes simples et concrètes pour définir l’investissement durable :

  1. Choisir des projets, secteurs d’activités ou entreprises ayant des valeurs ou performances positives par rapport à leurs homologues. Dans le langage éthique, on parle de “best in class”
  2. Privilégier des thématiques liées au développement durable comme les énergies renouvelables ou l’agriculture propre
  3. Agir de façon solidaire : Investissements ciblés, généralement réalisés sur des marchés privés, visant à résoudre des problèmes sociaux ou environnementaux, et notamment des investissements communautaires, où le capital est spécifiquement destiné aux personnes ou aux communautés traditionnellement mal desservies, ainsi qu’au financement des entreprises avec un objet social ou environnemental clair
  4. Engagement des entreprises et implication actionnaires : Utilisation du pouvoir des actionnaires pour influencer le comportement des entreprises

La liste ci-dessus a été inspirée par le rapport de la Global Sustainable Investment Alliance.

Le côté “responsable” n’intéresse que la nouvelle génération

Par génération, on distingue les Baby-boomers (Personnes nées entre 1946 et 1964), la génération X (Personnes nés entre 1965 et 1979), et la génération Y (nés entre 1980 et 2000) et la génération Z (née à partir de l’an 2000)

Erreur de croire que les baby boomers sont irrespectueux de la Planète et prônent des placements non éthiques !

Plusieurs études menées dans les pays développés ont démontré l’inverse.

Prenons l’exemple d’une étude auprès de 643 dirigeants de PME québécoises issus de quatre générations différente, qui portaient sur les objectifs et la conception de la performance. Contrairement aux idées reçues, aucune différence entre les groupes n’a été identifiée.

La question de la génération est donc plus complexe qu’il n’y paraît et le cliché “Les vieux ne s’intéressent pas à la planète, à l’environnement de travail et aux placements éthiques” est faux.

Cependant, même si la sensibilité semble homogène, l’intensité du changement est probablement plus forte chez les nouvelles générations. Cette préoccupation grandissante a été dévoilée par une étude Masdar durant la COP22 au Maroc.. Mené auprès de 5000 jeunes de 18 à 25 ans (génération Z) dans 20 pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, d’Afrique subsaharienne, d’Amérique, d’Europe et d’Asie, le sondage révèle que le changement climatique est le défi le plus important à conduire (40%) devant l’économie (34 %), le terrorisme (32 %), la pauvreté et les inégalités (29 %) et le chômage (29 %).

Enfin, selon un récent article dans le Financial Times,  la nouvelle génération est plus intéressée par un portefeuille de placement gérable sur son iPhone que par un conseiller avec un costume aux fines rayures mais surtout il préférera débattre des avantages des fonds éthiques et environnementaux plutôt que d’accepter une invitation au golf.

Thématique Changement climatique Economie Pauvreté Chomage
% 40% 34% 29% 29%

Investir dans des produits d’épargne éthiques, c’est difficile et cher

Tout n’est pas inexact dans ce préjugé !

Difficile de trouver des produits d’investissement

D’après une étude Ipsos publiée en septembre 2017, seulement 3% des personnes interrogées se sont vues proposer de l’investissement socialement responsable (ISR)  par leur établissement financier ou banque.

Florence Bihour-Frézal, Directrice Commerciale Europe du Sud & Afrique de Vigeo Eiris (Agence spécialisée dans l’évaluation sociale et environnementale) déclare « La prise de conscience des enjeux sociaux et environnementaux est aujourd’hui incontestable, comme en témoigne ce sondage. Pourtant les produits financiers soutenant les objectifs climatiques et sociaux peinent à être connus, rappelant ainsi la nécessité de poursuivre les efforts de promotion et notamment ceux des banques et des pouvoirs publics auxquels les Français accordent une place de choix dans cette mission.»

Cependant d’après cette étude, une large majorité des investisseurs individuels français (72%) souhaite que les enjeux de développement durable soient inclus obligatoirement dans les produits d’épargne.

La demande est là mais l’offre n’est pas encore assez répandue.

Investir éthique ne signifie pas payer plus cher

Même si l’offre de produits d’épargne solidaire n’est pas encore pléthorique, rien ne prouve que le prix à payer soit plus élevé.

Bien au contraire, citons quelques exemples : L’assurance vie Ethic vie est accessible sans frais d’entrée et d’arbitrage, le livret agir est sans frais d’ouverture et les sicav ou opc labellisés ISR affichent des frais de gestion équivalents aux autres fonds.

Personne ne connaît l’épargne éthique, à part les bobos écolos

Ce cliché fait bondir certains épargnants et hocher la tête d’autres. Le débat existe mais il n’est pas forcément là où on l’attend.

D’après un sondage Ipsos réalisé en 2017, le concept d’ISR reste toujours méconnu du grand public dans la mesure où 66% des personnes interrogées déclarent n’avoir jamais entendu parler de l’ISR avant cette enquête. Ce chiffre est réduit à 65% pour les détenteurs d’une assurance vie, à 59% pour les détenteurs d’épargne salariale, et à 52% pour les Français investissant en bourse…

Est ce vraiment une surprise ? Non. La finance s’appuie régulièrement sur un lexique propre avec de nombreux acronymes comme l’ISR (Investissement Socialement Responsable)

Si la question posée avait été :”Connaissez vous la finance éthique ?”, il y a fort à parier que le pourcentage aurait été plus faible.

Les épargnants comprennent les enjeux liés à des placements éthiques. Pour preuve, ce même sondage précise qu’une meilleure connaissance du concept semble être un facteur-clé dans le choix de produits ISR. 41% des sondés ayant exprimé une opinion estiment que les produits d’ISR seraient de nature à renforcer leur confiance dans la gestion de leur épargne.

Les labels comme source de confiance

Afin de fournir des repères et surtout de démocratiser le concept de finance responsable, des labels ont vu le jour comme le label Finansol ou le label d’Etat ISR.

Sur son site internet, le Label d’Etat ISR se définit comme suit : “Un outil pour choisir des placements responsables et durables. Créé et soutenu par le ministère des Finances, le label a pour objectif de rendre plus visibles les produits d’investissement socialement responsables (ISR) pour les épargnants en France et en Europe.”

Des organismes comme le FIR ou Novethic ont aussi été créés pour promouvoir les valeurs durables dans l’univers financier.

Le FIR se définit comme une organisation pour promouvoir l’Investissement Socialement Responsable (ISR) et faire en sorte que davantage d’investissements intègrent les problématiques de cohésion sociale, de développement durable

Grégoire Cousté, délégué général du FIR précise : “Maintenant que les labels soutenus par les pouvoirs publics sont en place, c’est aux réseaux de distribution de promouvoir les produits responsables.”

L’assurance vie éthique en première ligne

L’offre de produits éthiques existe mais elle est encore méconnue. Livrets, Sicav, épargne salariale, compte à terme et assurance vie.

L’assurance vie comme fer de lance pour promouvoir l’investissement durable.

Le contrat Ethic vie, assureur mutualiste Crédit Mutuel Arkea, propose un produit responsable et solidaire sans frais d’entrée.

Cette assurance vie vous offre la possibilité d’allier le placement assurance vie avec tous les avantages fiscaux tout en investissant dans des fonds responsables dont la plupart possèe le label d’état ISR.

Par ailleurs, le contrat reverse chaque année 20% des commissions de gestion à l’association de votre choix.

Un double effet éthique qui séduit de plus en plus d’épargnants. Sans entamer le rendement du contrat et en proposant un produit sans frais d’entrée, Ethic vie a su trouvé la bonne formule !

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N’attendez plus
Donnez du sens à votre épargne dès aujourd’hui

Découvrir l’assurance vie éthique et responsable pour épargner autrement

La vérité sur 8 préjugés de la finance solidaire

Temps de lecture : 11 min
0